LA TEINTURE VÉGÉTALE

previous arrow
next arrow
Slider

J’ai la passion du végétal depuis de nombreuses années maintenant, une expérience de 10 ans en conception de jardins. Mais l’univers de la teinture végétale est l’une de mes plus belles découvertes.

Je suis autodidacte, je n’ai jamais suivi de formation… Mais pour le moment, j’expérimente, je découvre et je m’émerveille et cette liberté d’actions me laisse un champ des possibles immense !

La teinture végétale ou teinture naturelle est un procédé ancestral qui consiste à faire interagir les plantes et les fibres végétales. L’utilisation des plantes tinctoriales remontent au Paléolithique et en Europe leur culture a commencé au Moyen-Âge. Le développement des teintures chimiques et colorants de synthèse au 19ème siècle vont envahir le marché et les techniques naturelles vont être laissées de côté.

Mais l’industrie textile et ses teintures chimiques est l’une des sources les plus importantes de pollution de la planète. Il est donc nécessaire et évident de revenir aux techniques naturelles.

La teinture végétale en 3 étapes (selon ma méthode principale) :

  • le « jus » ou « bain » de teinture obtenu par décoction des plantes à tanins
  • le mordançage des fibres, il est différent selon leur nature, qu’elle soit « cellulosique » / végétale ou « protéique » / animale. Cela consiste à préparer les textiles à recevoir la couleur, à améliorer sa solidité et sa résistance à la lumière et à l’eau. Travaillant principalement avec des fibres cellulosiques, j’utilise comme mordant de l’alun ou du fer.
  • la teinture des fibres dans le bain, macération, lavage et séchage.

La teinture végétale est une source intarissable, les couleurs obtenus m’émerveillent à chaque fois.

Les teintes sont uniques et différentes à chaque bain, elles varient en fonction des saisons !

Notre flore locale regorge de surprises et de richesses insoupçonnées !

LE TATAKI-ZOMÉ

previous arrow
next arrow
Slider

LE TATAKI-ZOMÉ est un art ancestral Japonais, « tataki » marteler et « zomé » teindre, ou teindre en martelant !

La technique consiste à marteler des feuilles ou autres parties de végétaux frais pour teindre la fibre grâce aux sucs et tanins contenus dans les plantes.

Avant de démarrer la partie martelage, il faut faire la cueillette. C’est une des étapes que j’adore, surtout quand on expérimente une plante pour la première fois. Réfléchir au résultat obtenu, choisir les plantes adéquates. Parfois, le résultat n’est pas là, d’où l’intérêt d’avoir une bonne connaissance de la flore locale et de son potentiel (j’en suis encore loin, mais je progresse à chaque moment…).

Une fois le martelage établit, il faut passer à l’étape de mordançage. Je procède pour ma part à des bains soit à l’alun ou au fer. Et la magie s’opère, les impressions se dévoilent, les détails ressortent ou au contraire disparaissent.

Dans un esprit éco-responsable, je réalise toutes mes impressions sur des tissus issus de la récupération, ils sont très réceptifs à la teinture.

UNE NOUVELLE COLLECTION EST EN COURS…